Article

La Jurade de Monflanquin

Fin XVI° - Début XVII°

(1574 - 1616)

Schéma du Site
Page d'accueil 
dates marquantes de 1256 à 1787
Jurade 1574 - 1616 : Documents    Étude sur la Jurade 1574-1616    -  Chronique annuelle : 1666 cadastre
Jurade 1634-1641 : Documents      -  Étude sur la Jurade 1634 - 1641  Chronique annuelle : 1681
Jurade 1641-1687 : Documents      -  Étude sur la Jurade 1654 - 1687
Jurade 1702 - 1790 : Documents          
                                                                    
Annexe (documents Paroisses XVII°-XVIII°):   Arpentement -    Impôts   -   Naissances décès  - Pièces diverses
Annexe (documents Paroisses XIV°-XVI°):        Pièces diverses -
- Décennie : - 1760-1769   1770-1779
-Chronique annuelle : - 1666 plan de la bastide1681 : consuls protestants éliminés  
                                             - 1789 : passage à l'ère révolutionnaire - 1789 : mariages protestants

 

La notice religieuse, historique et statistique de la paroisse et de la ville de Monflanquin " (1) - rédigée ,en 1841, "par l’ordre de monsieur l’évêque d’Agen" - dresse un inventaire précis des noms des consuls successifs à Monflanquin de 1574 à 1616. .

Dans ce manuscrit, qui brosse un large tableau récapitulatif de l’histoire locale (2) l’auteur prend soin de faire, sur quelques pages, une énumération dont on ne retrouve pas trace ailleurs. D’où son importance.(3)

En effet le premier intérêt de cette liste globale est que l’on n’en possède ni les originaux ni une copie dans les archives départementales, ce qui laisse supposer que déposés à la Mairie de Monflanquin au XIX° siècle ils ont disparu depuis. Il est donc important  d’en assurer la sauvegarde par un travail de simple transcription.

Le second intérêt de cette liste réside dans le fait que, exhaustive sur une période de trente ans, elle permet de saisir d’une part le mode de fonctionnement de la jurade et d’autre part la représentativité au plan administratif local des notables de l’époque.

La question se pose en particulier de savoir si la charte de 1256, et principalement son article 13, reste une référence d’ensemble pour la gestion de la ville ou si au contraire la rupture de 1574, avec la prise de Monflanquin par les protestants, a radicalement transformé les données de cette gestion.

Somme toute, cela revient à poser le problème : comment la société protestante en place s’y est-elle prise pour gérer la jurade et, par là même, la ville de Monflanquin ?

*              *

L’analyse de la liste des Jurats de Monflanquin sur une trentaine d’années donne quelques indications intéressantes sur le fonctionnement de la jurade de Monflanquin.

Fonctionnement

de la jurade

1°- Le nombre de six consuls :

Les six consuls sont prévus dès la mise en place de la Bastide. En effet la charte de 1256 prévoit en son article 13 : " les consuls de ladite ville seront renouvelés chaque année, le jour de la fête de l’Assomption. Nous, ou notre bayle, devrons ce jour là : élire et installer six consuls catholiques choisis parmi les habitants de ladite ville que nous jugerons et estimerons les plus honnêtes et les plus utiles aux intérêts de la communauté et aux nôtres ". (4)

La liste de 1574 à 1616 atteste que ce nombre de six consuls est encore respecté trois siècles après.                          

Tableau des membres de la Jurade

1574

M° de Boudou gouverneur

Sarrau Guillem

Rayac Antoine

Calcat François *

Bequays Jean *

Pauly Pierre *

1575

Dutil Jean sr de Oustalnéou

Cubertou Jean

Martin Pierre médecin

Gittarou François *

Contenjou Bernard *

Quayroze Géraud *

1576

Lamotte André

Jugye Pierre

Canet Pierre *

Pauty Antoine *

David Jean *

Boyé Jean *

 

1577

Bequays Jean [74]

Pauly Pierre [74]

Andrieux Pierre *

Quayroze Antoine *

Dellair Géraud *

Canet Pierre [76 ? ]

 

1578

Calcat François [74]

Gilbert Pierre *

Faur Jean

Gitarou François [75]

Contenjou Bernard [75]

Quayroze Géraud [75]

 

1579

Bequays Elie

David Jean [76]

Boyé Jean [76]

Calcat Pierre

Bru Jean *

Contenjou Jean

 

1580

Canet Pierre [76,-77 ?]

Andrieu Pierre [77]

Dellair Géraud [77]

M° Vergnes Jean *

Lafage Antoine *

Fournié Guillem

 

1581

Pauly Pierre [74,77]

Gitarou François [75,78]

Pauty Antoine [76]

Quayroze Antoine [76]

Fort Guillem *

Lafage Pierre

 

1582

 

les sus-dits consuls, à cause de l’édit du Roi, furent élus et demeurèrent en charge quinze mois ; finissant l’année 1582.

 

1583

Gilbert Pierre [78]

Fau Jean *

Quayroze Géraud [75,78]

Dallat Jean

Gardés Etienne

Costes Antoine

 

1584

Martin Pierre - médecin

Bessoly Jean *

Boyé Jean [76,79]

Raynal Jean *

Ducondut Pascal *

Dubreilh Pierre

 

1585

M° Bequays Elie *

Pancot Guillem

Lafage Antoine [80]

Passalaygue Jean *

Canet Etienne *

Védrine Guillem *

 

1586

Pauly Pierre [74,77]

David Jean

M° Quayrose A.[75,78]

M° Vergnes Jean [80]

Raynal Antoine

Gardés Jean

 

1587

M° Gilbert Pierre [78]

Quayrose Géraud *

M° Pauty A.[76,81]

Raynal Jean [84]

Ducondut Pascal *

Fort Guillem [81]

 

1588

M° Bessoly Jean [84]

Gitarou François [75,78,81]

Delhut Geraud *

Dubreilh Pierre [84]

M° Dumons Jean *

Marty Etienne 

Le renouvellement annuel des consuls :

Autre disposition prise en 1256 et toujours en pratique aux XVI° et XVII° siècles : le renouvellement annuel des consuls.

Le texte initial est toujours appliqué à la lettre puisque les consuls sont intégralement remplacés chaque année, sans que les consuls sortants aient le droit de revenir à la jurade l’année même de leurs descente de charge. Il leur faut attendre au moins un an avant de penser à un retour.

Une exception pourrait confirmer la règle. La présence de Sarrau Jean en 1601 et 1602. A cela près que les Jean sont pléthore dans la famille Sarrau (5) ; ce que prouve d’ailleurs l’année 1593 où deux Sarrau Jean se retrouvent inscrits en même temps. Il est dès lors logique d’avancer que l’exception est illusoire et que nous nous trouvons en présence de deux Sarrau différents en 1601 et 1602, dans le respect de la règle intangible.

Le renouvellement à l’Assomption :

L’article 13 stipule que le renouvellement s’effectue à l’Assomption c’est à dire à la mi-Août. La mention qui accompagne le relevé de 1574 laisse à penser qu’il en va toujours de même jusqu’en 1574.

Catalogue des consuls qui ont été élus après la prise de Monflanquin qui fut le dernier d’Août de l’année 1574. Dans la même année et le jour de la St Michel furent élus discrètes et honorables personnes "

Changements

de 1574

 En 1574, la ville de Monflanquin est donc tombée aux mains des Protestants qui s’assurent la direction de la jurade par une nomination de consuls, à la St Michel c’est à dire le 29 Septembre et non plus le 15Août.

1589

Paulhy Pierre [74,81]

Faur Jean

Persy Antoine

Contenjou Bernard *

Canet Etienne [85]

Lidon Pierre *

1590

Gilbert Pierre [78,87]

Andrieu Pierre

Quayrose A.[75,78,86]

Bru Jean [79]

Duvinial Antoine *

Truelle Jean *

1591- (1)

de Menou Pantaléon *

Vergnes Jean [80,86]

Ducondut Pascal [87]

Calmette jean *

Lapeyronie Jean *

Bonissou

 

1591- (2)

M° de Panit Léger  governeur

M° Guérin Arnaud

M° Lafage Antoine [85]

M° Pauty A.[76,81,87]

Lacroix Pierre

Sarrau François

 

1592

Béquays Elie [85]

Vergnes Jean [80,86, 91]

Boyé Jean [84]

Fort Guillem [81,87]

Fraysse Guillaume *

Alègre Jacob *

 

1593

Bessoty Jean [84, 88]

Sarrau Jean *

Delhut Geraud [88]

Dumons Jean [88]

Sarrau Jean ( ?)

Lapeyronie Jean [91]

 

1594

de Panit Léger fils

Fau Jean [83]

Contenjou Bernard [89]

Béquays Pierre

Quayrose Géraud [87]

Galinat Pierre

 

1595

Gilbert Pierre [78,87,90]

Duvinial Antoine [90]

Sarrau Géraud *

Persy Géraud *

Lacroix jean

Poccot David *

 

1596

Béquays Elie [85, 92]

Lidon Pierre [89]

M° Fraysse Guillaume [92]

Contenjou Jean [89, 94]

M° Boyé Moïse *

Monteil Jean *

 

1597

Sarrau Jean [93]

Persy Antoine [87, 91]

Delhut Géraud [88, 93]

Truelle Jean [90]

Alègre Jacob [92]

Fournié Jean *

 

1598

de Paloque Jean

Béquays Pierre *

Lafage Antoine [80,85, 91]

Quayrose Géraud [87, 94]

Contenjou Michel

Boyé Abraham *

 

1599

Guérin Arnaud *

Duvinial Antoine [90, 95]

Sarrau Géraud [95]

Poccot David [95]

M°Gugues Aleyrou

Calmette Jean [91]

 

1600

M° Béquays Elie [85,92,96]

Fau Jean [83,94]

de Persy Géraud[95]

Contenjou Jean [89,94,96]

Monteil Jean [96]

Castillon Jean *

 

1601

Sarrau Jean [93, 97]

Lidon Pierre [89, 96]

Delhut Géraud [88,93,97]

Alègre Jacob [92, 97]

Boyé Moïse [96]

Causse Isaac

 

1602

de Menou Pantaléon [91]

Bequays Isaac

M° Sarrau jean [93,97]

Dufraysse Jean puîné

M° Salesses Jean

Cournet Jean

 

Le renouvellement à la St Michel :

Cette date décalée par rapport aux instructions de la charte qui prévoyait l’Assomption, semble être devenue la référence à la place de la précédente.

En effet une décision royale prise en 1582 précise " les susdits consuls (de l’an 1581), à cause de l’édit du Roi, furent élus pour être continués jusqu’au 1° janvier, auquel jour l’élection des consuls de la présente ville se devait faire conformément au susdit édit, et partant demeurèrent en charge quinze mois "....(1)

Pour qu’il y ait quinze mois au 1° janvier il faut bien que la St Michel soit restée après 1574 la date de changement des consuls. L’hypothèse a le mérite de s’inscrire dans la logique du conflit en cours :

En 1574 les protestants prennent la ville aux dépens des catholiques. Comment ne préféreraient ils pas célébrer le jour de leur premier accès à la jurade plutôt que celui à la gloire de la Vierge Marie..... 

Dans la même logique le choix du 1° Janvier pourrait bien correspondre à la volonté du roi de calmer les esprits, en prenant une date neutre sur le plan religieux et significative pour la seule société civile... Il faut noter surtout que cette décision du roi a été suivie d’effet dans une ville entièrement protestante.

Les Protestants maîtres de la jurade :

L’année 1574 est donc marquée par un renversement brusque de la représentativité des communautés dans la juridiction, au point que pour garantir leur succès les protestants préfèrent nommer un gouverneur en la personne de M° de Boudou.

Dés l’année suivante la charge de premier consul est rétablie au profit de Dutil Jean sieur de l’Oustalnéou, un Dutil comme M° de Boudou lui-même. Le passage à la normale se fait donc avec précaution, sous le contrôle d’une famille sûre.

"Passage à la normale", à cela prés que la charte de 1256, toujours respectée jusqu’ici sur ce point, prévoyait six catholiques. Or à partir de 1574 la jurade est dirigée par six protestants, à la grande irritation des catholiques de la juridiction qui n’auront de cesse de revenir à la tête de l’administration locale.

 Le renouvellement annuel des consuls ne doit pas masquer la permanence de certaines familles soit par le retour d’un même personnage soit par la succession de membres d’une même famille.

Stabilité

de la jurade

Le retour de certains personnages :

L’observation des listes, sur l’ensemble de la période, permet de constater que certains consuls reviennent au cours des années.  

1603

Guérin Arnaud [99]

Duvinial Antoine [90,95,99]

M° Quayrose Elie

Quayrose Jezaban

M° Fournié Jean [97]

Sarrau Pierre (il refuse)

1604

de Persy Antoine [87,91,97]

Béquays Pierre [98]

M° Gilbert Pierre [87,90,95]

Lacroix Jean *

Fournié Pierre

Deponte Isaac

1605

M° de Panit St Léger

Dordaygue Fr. sr de la Tour

Alègre Jacob[92,97,01]

Fort guillem [87,92] 

Boyé Paul

M° Salesses Pierre

 

1606

de Paloque Jean

Lidon Pierre [87,96,01]

Passalaygue Jean [85]

Gilbert P.[87,90,95,04]

Contenjou David

Bru Jean

 

1607-(1)

Sarrau Jean [93,97,01]

Sarraud Géraud [95,99]

Dubreil Etienne sr de la tour

Boyé Abraham [98]

Védrines Guillem [85] ? ?

Quayroze Jérémie *

 

1607-(2)

Dutil Gédéon sr de Boudou

Dufraysse Jean aîné

Ducondut Pascal [84] ? ?

Védrines Guillem

Quayroze Jérémie *

 

1608

Sarrau Géraud [95,99--07 ]

Poccot David [95,99]

Cosse Isaac (01 ?)

Calmette Jean [91,99]

Pauty Pierre

Fraysse Jean

 

1609

M° de St Léger [05]

M° Pauty Géraud

Boyé Moïse [96,01]

Passalaygue Jean [85,06]

Ducondut Vité

M° Chayrés

 

1610

Sarrau Jean [93,97,01,07]

Gilbert Pierre [87,90,95,04]

Maasanés François

Canet Pierre *

Fort Pierre *

Bugit Bertrand

 

1611

Lidon Pierre [89,96]

Contenjou J.[89,94,96,00]

Boyé Abraham [98,07]

M° Castillon Jean [00]

Quayroze Jérémie [07]

Léger Martial

 

1612

Dutil Gédéon [07-2]

Amblard Pierre

Trubelle Daniel

Ducondut Matthieu

Védrines Abraham

Cubertou Guillem

 

1613

Bequays Pierre [98,04]

Quayroze Jézaban

Boulède Jean

M° Vignal Pierre

Contenjou J.[89,94,96,00,11]

Issartier Jean

 

1614

Sarrau Géraud [95,99,07,08]

Boyé Moïse [96,01,09]

Canet Pierre [10]

Fort Pierre, sire [10]

sire= titre donné à ceux qui avaient été " consuls "

 

1615

M° de St Léger [05,09]

Quayroze Elie

Arnosc Pierre

Dufraysse Jean (07-2 ?)

Delaygue Pierre

Fournié dit Gorre

 

1616

M° de Boudou [07-2,12]

Lacroix Jean [04]

Trubelle Daniel [12]

Mouret Pierre

Contenjou David

Brunot Daniel

Pour mieux suivre le phénomène sur les tableaux ci-joints, il suffit d’accompagner d’un * les noms des consuls qui venus pour la première fois à la jurade y reviendront par la suite. De même il est intéressant de surligner les noms des récidivistes avec mention des années précédentes, [70] par exemple, pour mieux distinguer la stabilité des notables locaux.

Seules les trois premières années 1574, 1575, 1576 n’ont pas de "récidivistes", si l’on peut ainsi s’exprimer ; chose normale puisque pour la première fois des protestants accèdent à la jurade. Mais sur les dix huit noms mentionnés durant ces trois années, il faut prendre en compte que dix reviendront à la jurade, c’est à dire plus de la moitié.

Il en sera de même tout au long de la période.

Ce retour des mêmes responsables explique que les jurades successives ont dans leur rang un certain nombre d’anciens qui assurent la stabilité de l’appareil administratif grâce à l’expérience acquise précédemment. En dehors des trois premières années mentionnées il n’en est pas une où il n’y ait au moins un " ancien ".... et certaines années il s’en trouve cinq sur six responsables.

Une sorte d’oligarchie :

Autre aspect évident à la lecture des listes : la représentativité de certaines familles.

Les Dutil de Boudou, les Bequays (Becays), les Sarrau, les Persy, les Paloque, les St Léger..... Ce sont là des noms de familles en voie d’anoblissement, et souvent alliées entre elles par mariages. Ce n’est donc pas un hasard si le titre de premier consul leur revient invariablement au fil des ans.

Mais d’autres familles les entourent, à l’instar des Fort, des Dufraysse, des Contenjou, des Lacroix, des Boyé ..... Parfois d’ailleurs unies elles aussi aux précédentes par des liens de mariage.

Ainsi se dessine à Monflanquin une oligarchie dont les ressources proviennent de la terre, source d’anoblissement au même titre que les offices achetés essentiellement dans le domaine juridique.

Avec, à l’intérieur de ce groupe, une hiérarchie signifiée par le rang auquel peut aspirer chacun une fois consul : par exemple les Bequays sont au premier rang tandis que les Fort se voient réserver les rangs de cinquième ou sixième consul. Donc : tous ensemble mais chacun à sa place ; comme le veut la société de l’époque qu’elle soit d’obédience catholique ou protestante.

Pour être complet il faut remarquer que certains noms ont été retenus par l’histoire locale : Dutil, Bequays etc. déjà mentionnés ci-dessus, tandis que d’autres mériteraient un supplément de recherches pour mieux les situer. Qui sont en effet les premiers consuls (donc personnages influents de leur temps) qui ont pour nom : Lamotte André, Calcat François, Canet Pierre, Pauly Pierre, Gilbert Pierre, Martin Pierre, Bessoly Jean, de Panit Léger, de Menou Pantaléon, Guérin Arnaud, Lidon Pierre pour ne citer que ceux-là. Quel est le poids de leurs familles dans la société monflanquinoise ? Tout un ensemble de questions qui ouvre un véritable chantier de recherches sur l’histoire locale.

*        *

    *

Cette rapide prise en compte de la liste des consuls de Monflanquin de 1574 à 1616 apporte un élément de réponse aux questions initiales concernant la jurade.

Ainsi il apparaît nettement que le texte de la charte de 1256 reste une référence de base pour les contemporains du XVI° et XVII° siècles, mais que la prise de Monflanquin par les protestants en 1574 entraîne quelques modifications sensibles dans un certain nombre d’applications et principalement de son article 13.

Ces modifications ne remettent pas fondamentalement en question la jurade. En fait elles ne font que participer au remplacement de l’ancienne oligarchie catholique par une nouvelle oligarchie protestante aux commandes d’un mode d’administration locale qui lui n’est guère transformé.

 Odo Georges
SLA n° 392
1998

Bibliographie

1- Castaing J. archiprêtre de Monflanquin " Notice religieuse, historique et statistique de la paroisse et de la ville de Monflanquin rédigée par l’ordre de Msgr Jean-Aimé de Levézou de Vesins, eveque d’Agen. Ordonnance du 10 Octobre 1841 "   retour

2 - Odo G. "La notice historique de 1841" - SLA 1995 n° 360 retour

3 - Tholin G. et  Bonnat R. "Inventaire Archives du Lot et Garonne" - Agen 1898/1932 : relevé exhaustif, avec résumé étoffé, de l'ensemble des cahiers de la jurade. retour

   - Bourrachot "Extraits des registres de la jurade, 1634-1641" - Agen 1962 - polycopié

   - Odo G. "Extraits des registres de la jurade, 1634-1641" -  SLA 1983/85 n° 218/232

   - Odo G. "Extraits des registres de la jurade, 1654-1687"- SLA 1995 n° 353/355

4 - Odo Georges "Monflanquin bastide du XIII° siècle" - SLA 1994 n° spécial retour

5 - Odo Georges "Claude Sarrau de Boinet" - SLA 1988 n° 271/272 retour

 

    Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Dans la page de recherche indiquer  "sujet" à [index], puis    "monflanquin" à [critères] et "monographie" en dessous de [type].....   cliquer sur |recherche]  en haut de page puis mettre "Monflanquin" dans [Recherche libre]

Lexique

A
B
C
D
E
F
G
H
IJK
   
   
L
M
N
O
PQ
R
S
T